Texte de Saint-Pol Roux, extrait de La besace du Solitaire.

 

« Les mots ont leur son : Ils ont aussi leur plasticité. Sculpture sonore. Pourquoi, moyennant ce matériau, ne pas construire ? Poète veut dire ouvrier. Si, étymologiquement la poésie est un travail, le poème, cette création, doit s’élever jusqu’à la construction. Il faut sortir la poésie du livre et la dresser dans l’espace. Ces poèmes souffrent sur les pages épinglées comme les papillons d’un collectionneur. Ôtons les épingles. Le papillon repartira vers les fleurs de la vie. Cristallisons l’onde verbale et dressons un palais de diamants, avec ces blocs d’images gonflés de substance lyrique.

(…)

La poésie dans les livres c’est de la préhistoire, époque des empreintes et des signes, les poètes ne sont pas des collectionneurs de fleurs ni des piqueurs d’insectes, mais des constructeurs de formes où loger de la vie neuve ; et la poésie, c’est l’action et que les poèmes doivent prendre ou plutôt créer des figures de vie.

(…)

En vérité que ne tenterions-nous de créer des œuvres qui par leur plasticité verbale alimentée de rythmes donneraient l’impression d’une solidité et, par bactériologie matérielle des mots, d’une solidité vivante ?

Cela n’a pas encore été réalisé littérairement, pourtant cela existe à l’état brut, dans le préau des écoles, dans les marchés, sur les places publiques, au palais de la bourse, sur les champs de bataille. »

Voyageur - 51723

notre première mise en scène

   Ce spectacle marque le point de départ de notre collaboration artistique, et insuffle les valeurs et les objectifs de notre compagnie. Nous l’avons créé lors de notre troisième année de formation à l’Ecole de la Comédie de Saint-Etienne, et nous le coproduirons avec le CDN en automne 2012.

    C’est une œuvre nouvelle, un témoignage adapté par nous à partir du livre Un an derrière les barbelés. Un patrimoine familial puisque c’est Marcel Arbez, le grand-père de Morgane, qui l’a écrit, à l’âge de 23 ans, après avoir été arrêté à Saint-Claude lors de la rafle du 9 avril 1944 puis déporté en Allemagne en camp de concentration.

    C’est l’écriture de Marcel Arbez qui nous a donné envie d’en faire une lecture, puis un spectacle. Sa manière d’écrire, son ironie, la distance du récit face à ce qu’il raconte nous a beaucoup marqués. En tant qu’humain, cette distance nous a émus, en tant que jeunes personnes de 23 ans, l’âge qu’il avait à l’époque, cette force nous a portés. C’est un spectacle singulier qui joue sur un principe de réalité concret : c’est le vrai grand-père de la comédienne qui a écrit le texte. Sur un plateau de théâtre, ce principe de réalité est troublant, vacillant, il ébranle et provoque une sincère émotion.

   Voyageur – 51723 marque profondément la ligne éthique de notre compagnie et de nos projets futurs. Il embrasse les grands thèmes que nous avons à cœur de traiter : la notion de conscience, de devoir, d’engagement, la responsabilité civique, la responsabilité face à la conscience historique, le poids des mots, la force du langage, la puissance des signes. Cette force de la mise en scène qui a d’ailleurs permis la montée d’un système de dictature à cette époque. Alors comment par la mise en scène et le théâtre, raconter un univers concentrationnaire où justement il y a aussi une mise en scène, des rôles, des costumes, de la musique, des parades ?

Morgane ARBEZ & Julien  ROMELARD


EDITORIAL

EN CE MOMENT

Bienvenue sur le site de la compagnie théâtrale Les enfants du Siècle, créée à la fin de l’automne 2011.

Vous trouverez ici des informations sur notre compagnie et aurez un avant-goût de nos travaux.


Morgane et Julien

Création de Sur la neige mouillée


Dates :


+ Théâtre de l’Elysée - Lyon - Le 31 mai et 1er juin 2013 et du 4 au 7 juin 2013 à 19h30.


Théâtre de l’Elysée 04 78 58 88 25

Jauge limitée. Pensez à réserver.

Reportage France 3 Auvergne pendant les répétitions de Voyageur - 51723 à Estivareille

Retrouvez l’article et la vidéo ici

Découvrez les photos de répétition de Sur la neige mouillée
© Patrick RoySur_la_neige_mouillee/Sur_la_neige_mouillee.html

&

Cliquez sur les images

Nouvelle vidéo de notre travail Sur la neige mouillée

Vous pouvez écouter un premier travail de l’univers sonore de Sur la neige mouillée. Des croquis préparatoires réalisés par Anne-Elise REDEUIL ont également été ajoutés.Sur_la_neige_mouillee/Sur_la_neige_mouillee.html

A lire : Un entretien dans le Bien Public sur Voyageur - 51723 pendant les représentations au Festival de Dijon - Théâtre an Mai

A lire : Critique dans le Bien Public sur Voyageur - 51723

Reprise de Voyageur - 51723 :


+ Petit Théâtre - Centre Culturel, Oyonnax - Le 8 avril 2014 à 20h30 et le 9 avril 2014 à 19h30 (séance scolaire le 8 avril à 14h30 et le 9 avril à 10h)


+ Salle des Fêtes - Russey - Le 11 avril 2014 à 20h30

Morgane joue dans la dernière création de Catherine Anne. Dyptique : Agnès et L’école des femmes.

En tournée du 6 janvier au 21 février 2014

Info sur le spectacle et la tournée ici

Julien joue dans la création de Roland Auzet :

Aucun homme n’est une île, texte de Fabrice Melquiot.

En tournée du 17 octobre 2013 au 18 avril 2014

Info sur le spectacle et la tournée ici


Julien sera également en création à partir du 27 janvier 2014 pour la création du dernier spectacle d’Anne Monfort :

Et si je te le disais cela ne changerait rien, texte de Falk Richter.

Création le 18 février puis en tournée jusqu’au 15 avril 2014.

Info sur le spectacle et la tournée ici

Voici un texte de Claude Regy, extrait de Espaces perdus.


« Je crois qu’à tout instant tout le monde joue toute la pièce.

A travers les acteurs un matériau fluide, celui qui s’échappe des mots, circule dans l’espace où sont inclus les spectateurs. Les acteurs n’incarnent pas, et pas plus que la mise en scène ils ne doivent se prendre pour l’objet du spectacle. Le spectacle n’a pas lieu sur la scène mais dans la tête des spectateurs. Dans leur imaginaire – comme lorsqu’ils lisent un livre. Donc dans la salle. Les acteurs doivent exister en tant qu’eux-mêmes – laisser voir à travers eux autre chose qu’eux-mêmes.


Le matériau fluide doit précéder et traverser les acteurs comme la musique le fait des instrumentistes. Il faut donc écouter, être disponible, sentir et, concentré et détendu, laisser passer ce qui demande à passer. Ecoute de toutes les voix du texte, sens, émotion, mémoire, sonorité, imaginaire. Ecoute de toutes les voix des partenaires et aussi des vibrations du lieu. Ecouter avec toutes les oreilles qu’on a sur la peau. »

Venez découvrir Morgane dans sa nouvelle création

Morgane chante

Le 25 avril à 20h30 à l’Epinette de Saint -Lupicin